Historique

En 1992, prenait forme le comité d’implantation de l’école secondaire Participative. Ce sont des parents venus des différents coins de la Rive-Sud de Montréal qui en ont eu l’initiative. Dès le départ, ce comité est chapeauté par la Fondation Jeunes-Projet qui en assure le financement, le secrétariat et les services de communication. Plus de 400 parents d’élèves appuient ses efforts. Autre fait significatif, les quatre écoles alternatives primaires de la Rive-Sud, Tourterelle, des Quatre-saisons, Les petits Castors et Plein Soleil, sont représentées au sein du comité, s’assurant ainsi d’une continuité de leur pédagogie respective ou du moins de leur philosophie éducative.

En 1993, le projet éducatif de base était expédié aux sept commissions scolaires existantes de la Rive-Sud : Brossard, Eau-Vive, Jacques-Cartier, du Goéland, Greenfield Park, South-Shore, et Taillon, ainsi qu’au bureau régional du MEQ. Après avoir reçu l’aval de la Direction régionale, les Services éducatifs de Brossard, Jacques-Cartier et Taillon s’intéressent aux implications d’un tel projet dans leur milieu respectif et conviennent de désigner le territoire de Brossard comme point de départ du projet.

En 1994, malgré une période intense de restrictions budgétaires, les commissaires de la Commission scolaire de Brossard votent à l’unanimité l’établissement de la première école secondaire participative au Québec. Ils en garantissent la gestion, la mise en place et le développement à condition que celle-ci soit vraiment régionale, c’est-à-dire qu’elle rassemble des élèves de tout le territoire de la Rive-Sud. Cette initiative reçoit l’appui des commissions scolaires et des comités de parents de Taillon et de Jacques-Cartier ainsi que du ministre de l’Éducation, M. Jean Garon, en ces termes : « …l’école secondaire participative dont vous avez eu l’initiative verra le jour en septembre prochain et le Ministère y a contribué pour un montant de 10000$. Nous voulons ainsi encourager l’expérimentation de la pédagogie du projet dans une école secondaire qui en fait sa marque distinctive.»

En septembre 1995, avec une centaine d’élèves de secondaire I et II provenant de tout le territoire de la Rive-Sud, l’école secondaire Participative régionale ouvre ses portes dans six classes de l’école primaire Guillaume-Vignal de Brossard. À sa troisième année d’existence, près de cent vingt élèves de secondaire I à III la fréquentent. Mais l’étroitesse des locaux et des équipements inadéquats posent alors une contrainte majeure au développement de l’école et à sa volonté d’offrir le deuxième cycle du secondaire. Plusieurs représentations sont alors faites auprès de la nouvelle Commission scolaire Marie-Victorin. En septembre 1998, l’école déménage à Longueuil. Elle cohabite alors avec l’école protestante francophone LeMoyne D’Iberville. Le contexte de ce déménagement n’était pas évident. En effet, il était prévu par la loi que les élèves des écoles protestantes francophones joindraient les rangs des écoles catholiques francophones en septembre 1999. Toutes les écoles devenaient non confessionnelles. Cette année fut donc très difficile et la clientèle de l’école secondaire Participative diminuait sans cesse. Suite à plusieurs représentations des membres du conseil d’établissement, la Commission scolaire Marie-Victorin décida alors de nommer une personne à la direction de l’école secondaire Participative et de la déménager à l’école Royal George de Greenfield Park.

L’école secondaire Participative l’Agora prend alors son envol en septembre 1999 avec 186 élèves à son bord. Un nouveau projet éducatif avec des périodes consacrées aux projets (quatre heures par semaine) et d’autres périodes consacrées aux concentrations choisies par l’élève (quatre heures par semaine) voit le jour.

Dès septembre 2000, la petite école avec son projet pédagogique innovateur commence à être davantage connue des élèves et des parents. Trois groupes entrent en première secondaire faisant ainsi passer la clientèle à 245 élèves. Puis, en septembre 2001, quatre groupes de niveau première secondaire viendront s’ajouter. La clientèle passera ainsi à 315 élèves.

Avec 315 élèves, l’école secondaire Participative l’Agora augmente rapidement sa clientèle. Un nouveau système d’encadrement des élèves est nécessaire. La commission pédagogique propose alors au conseil d’établissement le projet « coaching », projet qui consiste à associer un(e) enseignant(e) à un élève comme on associe un coach à un équipier.

En septembre 2002, 395 élèves fréquentent l’école. Ils proviennent davantage des arrondissements Saint-Hubert et Vieux-Longueuil. L’accroissement de la clientèle démontre, sans l’ombre d’un doute, que l’école secondaire Participative l’Agora correspond à un réel besoin pour un nombre grandissant de parents et d’élèves qui adhèrent à son projet.

Depuis quelques années, le nombre d’élèves fréquentant l’école Participative l’Agora oscille autour de 450 élèves. La clientèle est maintenant stable et le projet continue de se développer.

Les commentaires sont fermés.